mardi 27 septembre 2022

S'oublier pour se retrouver



Si ce satsang vous a inspiré
pensez à partager sur les réseaux
afin que d'autres soient inspirés également.
Les boutons de partage sont tout en bas ! 
 
 
Les mots en gras et/ou en couleur sont des liens menant à des textes explicatifs. 
Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :
''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''




Quand j'écoute certaines musiques, certaines chanteuses, ça me ramène au fond de moi, en un endroit que je connais et vers lequel je retourne, où règne la paix, l'amour, la bienveillance, la compréhension et la beauté la plus parfaite.



Quand je reste silencieux, immobile à regarder, à écouter une heure particulière éveiller le monde, à la sortie d'un bois, au bord d'un étang, je ressens ce qu'il y a de plus beau en moi gonfler et me déborder. Alors, je sais que je suis la bonne personne, au bon endroit et que cette perfection secrète du petit matin se déploie pour me consoler d'oublier, souvent, l'essentiel.



Quand je regarde dormir un être aimé, petit ou grand, venu en partie de moi ou d'autres que moi, l'harmonie se rappelle à ma conscience et des sanglots font trembler ma poitrine quand je les retiens. Je sais que cette perfection, cette émotion pure et désintéressée prend sa source au plus profond, au plus vrai.




Quand je médite sur le Saint-Nom, immobile, les yeux fermés, l'attention fixée sur un point entre les sourcils, je goûte encore ce que je goûte en écoutant certaines musiques, certaines chanteuses.



Quand je médite sur le Saint-Nom, je goûte encore cette beauté d'une aube vécue à l'orée d'un bois, au bord d'un étang embrumé, quand les chevreuils, les sangliers, les cerfs, les faisans viennent boire.


 

 

Quand je médite sur le Saint-Nom, assis sur mon zafu* ou travaillant à mon service, je suis de nouveau à regarder dormir l'être aimé, la gorge pleine de larmes de joie et de tendresse.

 

*Zafu : coussin de méditation.




C'est pourquoi je puis affirmer que la source de toute la beauté du monde est unique, éternelle et en toutes choses. Elle est en moi aussi et je goûte à son harmonie dès que je m'oublie pour me retrouver vraiment.

 

Yoganand 



mercredi 2 février 2022

-Je suis seule


Si ce satsang vous a inspiré
pensez à partager sur les réseaux
afin que d'autres soient inspirés également.
Les boutons de partage sont tout en bas ! 
 
 
Les mots en gras et/ou en couleur sont des liens menant à des textes explicatifs. 
Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :
''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''
 





 

 

Seigneur, je sais que seule ton harmonie peut combler ma soif, ma faim, soulager ma souffrance et consoler ma peine. 

 

 

L'âme que je suis n'attend rien du monde éphémère où l'incarnation m'a plongé et où je resterai jusqu'au bout, mais je ne suis pas seulement cette âme détachée des sens. Je suis aussi le corps que tu m'as donné pour le service et la méditation. Je suis aussi tout ce que le cerveau produit ; les pensées, les émotions, les souvenirs, ma personnalité. 

 


 

Toutes ces parties de moi, pour être provisoires n'en sont pas moins réelles aujourd'hui et rien n'est hors de toi. Cette femme que je suis, faite de chaire, de sang et de pensées, de souvenirs et d'émotions a besoin d'une nourriture que ta Grâce ne peut pas donner. J'attends du monde des choses qui plaisent à mon esprit et à mon corps, que je ne trouve pas et j'en souffre.


Seigneur, comment peux-tu me consoler de cette frustration ? Comment être parfaitement bien, avec la seule conscience de ton Saint-Nom ? Je ne peux pas être seulement l'âme et me détacher du corps et de l'esprit qu'il abrite. Accorde-moi le discernement, la force pour vivre dans ce monde des Hommes, sans oublier ton nom. 

 

L'harmonie que je cherche, je la trouve dans la conscience de ton Nom. Je veux aussi être en harmonie avec mon corps, mes pensées et le monde des Hommes.


Je ne suis pas parfaite, je sais combien il me manque de raison et je sais que je ne sais pas tout ce que j'ignore. Ouvre-moi les yeux sur ce que j'ignore de moi, éloigne mes certitudes et rallume la petite fille que j'étais, avant de souffrir et d'avoir besoin de me défendre. Je ne veux plus me battre. J'aspire à ta paix, j'aspire à ton amour.



Quand je reste immobile, contemplant ta Grâce, je n'ai besoin de rien de plus, et une sorte de bonheur, ou de béatitude me remplit, mais le corps, l'esprit réclament leurs dus. Tu m'as créé, tu me gardes en vie et tu sais combien je suis faible, combien je ne peux rien, alors ? Force-moi à m'abandonner à toi et donne-moi la paix. Tu es la paix, alors tu peux bien m'en donner un peu.





Je connais les piliers de l'agya, mais comment les observer quand je suis seule à le faire. Tu as dit que quand on est au moins deux en ton nom, tu es présent, mais comment puis-je être deux en ton nom ? Quand je suis seule ? Je ne puis compter que sur moi, alors aide-moi un peu plus, s'il te plaît.

 

 

José

 

jeudi 22 juillet 2021

-Ta Vérité est constante

Si ce satsang vous a inspiré
pensez à partager sur les réseaux
afin que d'autres soient inspirés également.
Les boutons de partage sont tout en bas ! 
 
 
Les mots en gras et/ou en couleur sont des liens menant à des textes explicatifs. 
Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :
''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''



Les jours passent, comme les feuilles tombent des arbres en automne et quand on considère l'essentiel, chaque feuille est en même temps différente et semblable aux autres feuilles. Ô Seigneur, ton Saint-Nom, la béatitude qu'il souffle sur les braises de mon amour pour Toi, donne la même couleur, le même parfum à chaque jour qui passe. C'est si beau que je ne veux rien de nouveau. Jamais je n'aurai l'habitude de ton amour, de la douceur de l'abandon à Ta Grâce, Seigneur.




Je n'ai rien à demander, Seigneur, car je sais bien que tu te soucies de moi plus que moi de Toi et que tu sais le besoin où je suis, mieux que moi. Alors, j'espère rester capable de ne pas te gêner et j'admire la beauté, la douceur de Ton amour à chaque instant que je passe avec Toi.



Tout change tout le temps, mais ce qui change n'existe pas, ou plutôt n'existe qu'un moment, aussitôt remplacé par autre chose. Depuis que je suis né tout a toujours changé et le décor du monde me semblait devoir durer. Il n'a pas duré, car tout change tout le temps, les gens, les choses, les lieux, les circonstances. J'ai connu des gens, je ne les ai plus vus, puis je les ai revus et ils étaient devenus des vieillards. Dans mes souvenirs, ils n'avaient pas changé.



Seigneur, ton Saint-Nom n'a jamais changé, aussi loin que remonte ma mémoire. Oh, je sais bien que la vie d'un Homme n'est qu'une étincelle. Je me souviens de la douceur de ton Saint-Nom, qui remontait à ma conscience quand j'étais enfant. Aujourd'hui je ressens encore ta douceur et c'est la même ! Seigneur, Ton Saint-Nom, Ta Grâce ne changent pas et ce sont même les seules choses qui soient constantes dans ma vie et j'imagine dans celle des autres aussi.

 





Alors j'ai comme projet de ne plus en avoir et de remplacer les projets par une résolution ; celle de toujours rester conscient de ce qui n'a jamais changé et qui ne changera jamais : Ton Saint-Nom, Ton amour et Ta Vérité. Je sais que la vérité n'existe pas, pour beaucoup de gens. Que m'importent les gens et leur ignorance, leur aveuglement. Je sais que la vérité existe, et qu'elle est ce qui ne change pas.



C'est si facile, même quand on croit que ça ne l'est pas : il suffit de le faire au lieu d'y penser ; de faire attention à la douceur et à l'éternité contenues dans chaque inspiration et dans chaque expiration et je voudrais n'en manquer aucune.

 

 

José

 

 

jeudi 18 juillet 2019

-Tu es mon tout

Si ce satsang vous a inspiré
pensez à partager sur les réseaux
afin que d'autres soient inspirés également.
Les boutons de partage sont tout en bas ! 
 
 
Les mots en gras et/ou en couleur sont des liens menant à des textes explicatifs. 
Pour les ouvrir, faites un clic droit dessus et choisissez :
''ouvrir le lien dans un nouvel onglet ''
 






Seigneur, parfois mon regard voit la confusion posée sur le monde, comme le sable du désert, emporté par le vent, se pose sur les choses. Alors mon cœur se voile aussi et je le sens qui se sert, comme tenu par une main et mon souffle se fait moins tranquille. Alors, je peux dire toutes les raisons qu'il y a à ne pas être heureux. Je les vois, flagrantes comme des éclaboussures noires sur un mur blanc.









Plus je regarde ces éclaboussures et plus elles grandissent pour, bientôt, prendre toute la place dans mon champ de vision. Alors mon souffle s’éteint un peu, mon cœur se sert encore et tout devient gris et salé comme les larmes qui coulent sur mes joues.










  

Je ferme les yeux 
et porte mon attention sur le souffle 
et le calme un peu. 
J'écoute le Saint-Nom résonner 
dans ce souffle 
et vite, je retrouve la Grâce que tu mets en lui. 
Cette Grâce, Ta Grâce, Ô Seigneur, 
vient couler comme une eau fraîche 
sur un corps fatigué
 après avoir marché longtemps 
sous un soleil brûlant.






Mon cœur recommence à battre au bon rythme, celui de l'harmonie et mon souffle s'apaise... de nouveau, je vois, en regardant le monde, ses véritables couleurs et sa lumière. Je recommence à croire le bonheur possible, Seigneur, et les larmes qui coulent sur mes joues sont aussi salées que les autres, mais elles n'ont pas le même goût. Quand l'amour déborde, les larmes coulent aussi, mais elles lavent la poussière du voile qui s'est déposé quand la tempête passait sur ma conscience.

  


Pourquoi oublier ton Saint-Nom ? 
À chaque fois que je l'oublie, le ciel se voile 
et je n'y vois plus rien. 
Je le sais, mais je recommence 
à me laisser attrister. 
Il se passe des choses, dans l'existence, Seigneur, 
qui nous clouent sur la croix de la douleur 
et pourtant, par le souffle en conscience
les clous sont enlevés,
le voile s'envole 
et la paix de Ton Amour revient avec ses caresses. 




Quand la vie est belle, la conscience de Ton Saint-Nom la rend plus belle encore, et quand la vie se fait moins belle, la conscience du Saint-Nom la rend belle quand même. Il suffit de rester dans l'instant, occupé à l'écouter pour renvoyer la souffrance dans la poubelle du passé.





Je sais ta Grâce, Seigneur, je la sais, mais le l'oublie encore et à chaque fois, c'est un coup de lame dans la chaire de mon âme. Quand je reviens à la conscience toute la souffrance s'efface comme un mauvais rêve au matin. Je sais vers où me mène le chemin où je suis : il m'amène vers Toi, Seigneur. Je me réjouis de ce qui vient, en même temps, j'ai peur à cause de ce qui s'en va. 



Seule la dévotion à Ton Verbe 
contenu dans l'instant 
peut faire que la lumière éclaire ma vie, 
que Ta Grâce fasse sur moi 
comme fait la caresse 
d'une mère aimante sur son enfant. 
Tu es mon père, tu es ma mère, 
tu es mon frère et tu es mon ami, 
mon Seigneur, mon tout 
et je suis ton dévot qui a tant besoin de Toi.


yoganand 


vendredi 12 juillet 2019

Aarti







 
 
 
 
Dhyana mulam guru murti,
Puja mulam guru paduka
Mantra mulam guru vakyam,
Moksha mulam guru kripa.




La béatitude nous vient quand
Cesse en nous la pensée,
Dans l'abandon total au Saint-Nom.
La Connaissance vient du Satsang.
Le discernement nous vient de Toi.
La libération vient de la Grâce.



Jai Dev, jai Sat guru Dev.



Ta Lumière emplit le monde,
Protecteur des âmes perdues,
Tu mènes à la mort de l'attachement
Et donnes à l'esprit le vrai détachement,
Pour nous unir à Ton Saint-Nom,
Sauve-nous de l'océan profond.



Jai Dev, jai Sat guru Dev.



Créateurs, protecteurs, destructeurs
Inclinent leur tête et Te prient,
Ils s'inclinent devant Toi et Te prient.
Les écritures chantent Ta gloire,
Les écritures chantent Ton histoire.
Et Tes vertus sont toujours vraies.



Jai Dev, jai Sat guru Dev.



Le chant, le jeûne, la charité, l'austérité,
Ne donnent pas la Connaissance de l'âme,
Ne révéleront jamais ton âme,
Sans la Grâce du Saint-Nom,
Sans la Connaissance de Ton Saint-Nom,
Aucun rite ne peut mener au but.



Jai Dev, jai Sat guru Dev.



Dans la rivière de l'illusion,
Tous sont entraînés vers la mer,
Tous coulent dans les profondeurs de la mer,
Le navire du salut est le Saint-Nom,
Le navire du salut est le Saint-Verbe,
En une seconde il nous libère.



Jai Dev, jai Sat guru Dev.



La colère, les désirs, l'attachement,
Nous éloignent de la vie éternelle,
Nous privent de notre vie éternelle.
L'Agya nous amène à la Grâce,
L'Agya nous laisse dans Ta Grâce.
Il nous fait garder toujours Ta main.



Jai Dev, jai Sat guru Dev.



Les religions chantent leur gloire,
Nous appellent sur leurs propres sentiers,
Chacune croyant tenir la Vérité.
La graine de tout me fut donnée,
L'essence de tout me fut révélée,
Je marche dans le vrai chemin.



Jai Dev, jai Sat guru Dev.



Le Saint-Nectar qui coule en nous,
Est si pur qu'il lave les péchés,
Si sacré qu'il efface tous nos péchés.
Quand on le goûte les doutes s'envolent,
Toutes les ténèbres sont dissipées,
Une nouvelle vie peut commencer.



Jai Dev, jai Sat guru Dev.



Le mien, le tien, les biens, la santé,
Aux pieds de lotus de l'Amour,
Donne-les aux pieds de lotus du Seigneur.
Donne-toi tout entier au Saint-Nom,
Par Lui tu te retrouveras,
Uni à l'éternelle Vérité.



Jai Dev, jai Sat guru Dev.



La Bible la Gîta, les Védas,
Chantent la gloire de Ton Nom.
Ils chantent tous la gloire de Ton Nom.
Les marcheurs aussi chantent Ta gloire.
Les éveillés chantent Tes louanges
Et Ton pouvoir est infini.



Jai Dev, jai Sat guru Dev.





Tous les désirs m'ont entraîné,
Dans les ténèbres de la nuit,
Enchaîné dans les ténèbres de la nuit.
L'Agya te donne la Lumière,
L'Agya te donne le Saint-Nom,
Envole-toi en Amour et Lumière.



Jai Dev, jai Sat guru Dev.



Seigneur tu es en chaque forme,
Maintenant nous sommes conscients de toi.
Comme toujours tu viens pour nous sauver.
Dans cet âge empli de ténèbres,
Guider tes premies loin des ténèbres.
Tu es venu comme depuis toujours.



Jai Dev, jai Sat guru Dev.



Viens dans l'abri de Sa Grâce,
Viens avec ton cœur et ton âme,
Viens offre-Lui ton cœur et ton âme.
Traverse l'océan du monde,
Traverse-le par ta dévotion
Et atteins le but suprême.



Jai Dev, jai Sat guru Dev.



Jai guruDeva, Ananda.
Ta gloire emplit le monde,
Protecteur du chercheur qui vient à toi.
Tu apportes la mort de l'attachement
Et donnes à l'esprit le vrai détachement.
Sauve-nous de l'océan profond.



Jai Dev, jai Sat guru Dev.